Crème visage néroli de Patyka : j’aime, j’aime pas, je ne sais pas

Je suis continuellement à la recherche d’une crème de jour (et d’une crème de nuit aussi). Je n’arrive jamais à trouver une crème qui convienne à ma peau sensible, qui me plaise tant au niveau de la composition, du packaging et de son efficacité. Alors quand bien même j’arrive à trouver une crème de jour qui me plaise, je ne sais pas pourquoi, j’essaie quand même de changer. Je me dis que je peux peut-être trouver mieux. J’aime bien aussi le changement, histoire de ne pas me lasser de mes soins cosmétiques. D’ailleurs, comme je vous l’avais dit dans ma précédente newsletter, je suis passée en mode automne. Ce qui veut dire que j’ai adapté mes soins cosmétiques pour des versions plus riches. Et c’est sur la crème visage néroli de Patyka que j’ai récemment jeté mon dévolu. Vous connaissez ?

Généralement, j’ai toujours mille envies de crèmes, alors je ne savais pas laquelle choisir pour cet hiver. Puisque je cherchais un soin à la composition clean, j’ai regardé ce que proposait l’e-shop Oh My Cream. Plusieurs soins m’avaient tapé dans l’oeil : la crème visage néroli de Patyka, la crème de jour hydratante de Ren et la crème vanilla pod d’Antipodes. J’ai immédiatement été très intriguée par Patyka et ses packagings hyper jolis (bien que j’aime également beaucoup les packagings d’Antipodes).

crème visage néroli de Patyka

Après plusieurs lectures de la description des soins m’ayant tapé dans l’oeil, je me suis laissée tentée par Patyka. D’ailleurs, je ne connaissais pas du tout cette marque alors c’était l’occasion. Pour la petite histoire, la marque a été fondée en 1922 par un jeune apothicaire hongrois qui s’était installé à Paris. Le terme “patyka” signifiant “apothicaire” en hongrois. Bon à savoir : l’ensemble des produits de la marque Patyka sont certifiés biologiques.

Voir l’article

Hydratation maximale avec le sérum hydraskin de Darphin

En ce moment, ma peau souffre cruellement de déshydratation. Je pense que c’est notre mal de l’été à toutes. En effet, ma peau est très inconfortable : elle tiraille, me gratouille et laisse également apparaître quelques petites imperfections. Pourtant, j’essaie de boire pas mal d’eau, afin d’hydrater ma peau de l’intérieur. Mais rien n’y fait. Je suis donc partie à la recherche d’un sérum hyper hydratant pour réconforter ma peau et j’ai fini par dénicher le sérum hydraskin de Darphin.

Je connaissais la marque Darphin depuis un moment déjà. J’avais lu plusieurs articles dans les magazines et sur la bloggosphère mais je ne m’y étais encore jamais intéressée. Mais ça, c’était avant de lire l’article Darphin, l’art du soin en parapharmacie dans le magazine Fifty & me et ainsi découvrir l’univers Darphin. J’accorde beaucoup d’importance à l’univers créé par les marques.

sérum hydraskin de darphin

J’ai vraiment eu un coup de coeur pour de nombreux produits Darphin sur le site internet de Shop-pharmacie.fr. Mais c’est vraiment le sérum hydraskin qui m’a tout de suite tapé dans l’oeil. En même temps, avec son nom, je savais qu’il allait envoyer du lourd niveau hydratation. C’était le sérum qu’il me fallait pour sauver ma peau en cette fin d’été caniculaire.

Voir l’article

Self tan express de St. Tropez : un bronzage digne d’un été sur la croisette ?

Vous souhaitez avoir un sublime bronzage, intense et naturel ? Le tout sans bouger de votre canapé ? Vous me direz que c’est impossible ou alors que vous allez finir carotte. Dans ce dernier cas, je vois que vous êtes connaisseuse d’auto-bronzants (surtout d’expériences ratées) 😉 Mais je vous assure que c’est possible avec le self tan express de St. Topez !

Pour la petite info, je sais que la croisette se situe à Cannes, et non à Saint Tropez. Mais je n’ai malheureusement pas trouvé de meilleur jeu de mots entre la ville de Saint Tropez et la marque de l’auto-bronzant. Néanmoins, si vous avez une meilleure proposition, n’hésitez à me l’indiquer en commentaire 😉

Self tan express st. tropez produit et gant applicateur

Cela fait environ 2 ans que j’ai découvert les auto-bronzants St. Tropez au détour d’une petite séance de shopping aux Galeries Lafayettes. Je n’avais pas osé sauter le pas car j’avais de très mauvais souvenirs de mes tentatives de triche à l’auto-bronzant. En effet, j’avais fini complètement orange, avec de nombreuses démarcations et la paume des mains orange foncé (voire marron, on me demandait d’ailleurs si j’avais fait du henné). Bref, c’était vraiment ca-tas-tro-phi-que !

Il y a quelques semaines, j’ai lu un article sur un blog qui disait beaucoup de bien de cet auto-bronzant. Une bonne application, un super-rendu et un produit qui durait plusieurs années. Vu le prix (47 euros), c’est quand même bien si ça dure longtemps ! Du coup, ça m’a vraiment motivée à me faire ma propre idée. Voir l’article

Too cool for school : des masques pas si “eggs-traordinaires”

Les masques aux oeufs de Too cool for school, vous connaissez ? Vous savez, ces masques souvent qualifiés par la presse féminine et la bloggosphère “d’eggs-traordinaires” ou “d’eggs-ceptionnels” (super jeu de mot au passage). Je connais la marque coréenne depuis un petit moment déjà (depuis la sortie en France l’année dernière en fait). Mais je n’avais jamais encore eu l’occasion de pouvoir tester leurs masques en tissus composés d’oeufs.

Et pour cause, cette marque n’était vendue jusqu’à présent qu’aux Galeries Lafayette. Et à chaque fois que je m’y rendais, les masques à l’unité étaient tous épuisés. Victimes de leurs succès. Certes, des fois il y avait juste une sorte, mais je voulais pouvoir tous les essayer afin de faire une comparaison. Et d’autres fois, il ne restait que les lots de 5 masques. Mais là pour le coup, ça faisait beaucoup de masques. Surtout si je voulais tous les tester.

Alors imaginez ma joie lorsque je suis passée par hasard dans le petit rayon de la marque la dernière fois et que j’ai vu que les 3 étaient là ! J’ai eu de la chance, car il n’en restait vraiment plus beaucoup (d’ailleurs j’ai pris le dernier masque hydratant).

Masques aux oeufs - Too cool for school

J’avais entendu et lu tellement d’éloges sur ces masques, qui étaient qualifiés comme je vous l’ai dit d’eggs-traordinaires, que j’en étais sûre, c’était de la bombe. Je ne pouvais pas me tromper. Mais je dois vous avouer que je suis déçue par ces masques. Mon avis est mitigé. Voire très mitigé.

Je leur ait trouvé pas mal de points négatifs. Même plus de points négatifs que de points positifs. Je ne sais pas si tout le monde qualifie ces masques d’eggs-traordinaires ou d’eggs-ceptionnel pour le jeu de mot, mais mois je ne suis pas conquise.

Voir l’article

Divine face oil d’Antipodes, l’huile merveilleuse

Je suis très contente de vous écrire cet article sur mon dernier coup de coeur Green Beauty. Il s’agit de la divine face oil d’Antipodes. Comme son nom l’indique, et pour les moins bilingues d’entre nous (je ne vous jette pas la pierre, rassurez-vous) il s’agit d’une huile à appliquer sur le visage et qui vous rendra tout simplement divine 🙂

Les huiles cosmétiques font beaucoup parler d’elles en ce moment. Mais je n’avais encore jamais osé sauter le pas et intégrer une huile dans ma routine cosmétique. Il faut dire que l’huile, j’ai plus tendance à l’utiliser en cuisson ou pour mes cheveux. En effet, j’avais un peu peur que l’huile soit très grasse, que la matière soit incommode pour l’utiliser sur le visage. Mais pas du tout !

divine face oil Antipodes

Bref, j’ai fini par arrêter mes a priori et me laisser tenter par l’huile divine d’Antipodes. En même temps vu son nom, elle me tentait quand même beaucoup ! Connaissez-vous la marque Antipodes ? Pas encore ?

Il s’agit d’une marque de cosmétiques néo-zélandaise créée par Elizabeth Barbalich en 2006 et qui propose des produits de beauté 100% naturels. L’ensemble des produits de la marque sont formulés avec des végétaux qui poussent exclusivement en Nouvelle-Zélande. Autant dire qu’on ne va pas retrouver des produits du même type aux quatre coins de la rue. De surcroit, les résultats des cosmétiques Antipodes sont scientifiquement prouvés ! Que demander de plus ?

 

Voir l’article